La Morte dans le labyrinthe

Ariana Franklin, La morte dans le labyrinthe (The Death maze, 2008),
traduit de l’anglais par Vincent Hugon pour 10/18, département d’Univers Poche 2016 collection Grands Détectives.

Deuxième enquête d’Adelia Aguilar, médecin des morts.

Franklin A_La Morte dans le labyrinthe_couv

Entre Oxford et Cambridge, hiver 1173. Alors qu’elle assiste une parturiente, Adelia Aguilar, médecin formée à l’école de Salerne et spécialisée dans l’étude des cadavres, est rejointe par le père Geoffrey. Le prieur vient lui transmettre une semonce de Mgr de Saint-Albans qui réclame ses talents pour élucider une histoire de meurtre. Adelia n’a aucune envie de quitter les Fens et de revoir Rowley Picot, devenu Mgr de Saint-Albans, mais l’affaire semble si importante qu’elle n’a pas le choix. Il en va de l’intérêt du roi, a dit Monseigneur, et l’intérêt du roi ne se discute pas. Adelia se met donc en route, accompagnée de Mansur, son imposant garde du corps Sarrasin, de Gyltha, son amie et nourrice de sa fille, et de la petite Allie. La petite troupe est flanquée de Renfort, un corniaud nauséabond chargé de dissuader les approches mal intentionnées. Les retrouvailles avec Rowley Picot ont lieu dans la maison épiscopale de Cambridge. Après dix-huit mois d’absence, Monseigneur découvre sa fille et retrouve celle qu’il était prêt à épouser. Mais l’heure est trop grave pour laisser les sentiments prendre le dessus : Rosemonde Clifford, la maîtresse d’Henri II, a été empoisonnée. Tous les regards vont se tourner vers l’épouse légitime du roi Henri, la redoutable Aliénor d’Aquitaine. Jusqu’à peu, la reine était enfermée au château de Chinon, sanction d’Henri en réponse au fait qu’Aliénor dressait le prince héritier contre son père. Mais Aliénor s’est échappée de Chinon et fait route vers l’Angleterre. Avec suffisamment de mercenaires acquis à sa cause pour fomenter l’élimination d’une rivale à distance. Si Henri apprend qu’Aliénor a fait assassiner cette Rosemonde qu’il aimait tant, la colère royale sera terrible et les représailles risquent d’amener la population anglaise à voir s’affronter sur son sol deux armées, comme au temps de la guerre civile entre Etienne et Mathilde. Ces treize années d’hommes enlevés à leur famille, de filles violées, de récoltes saccagées, de faim et de froid, sont encore dans toutes les mémoires. Adelia n’a pas connu cette période, mais Rowley et Gyltha l’ont vécue. Devant leur terreur à l’idée de revivre pareil tourment, Adelia comprend qu’elle n’a pas le choix, pour ses amis, pour sa fille, pour ces gens des Fens qui l’ont accueillie, elle doit découvrir qui a fait assassiner Rosemonde Clifford.

Il y a, dans ce deuxième volume, le plaisir de retrouver des compagnons de lecture rencontrés l’année précédente (Sur les berges de la Cam en 1171). Au delà de l’intrigue, aussi mystérieuse que le labyrinthe qui protège la demeure de la belle Rosemonde, Ariana Franklin y poursuit sa réflexion sur le monde médiéval et nous montre une population opprimée par le pouvoir, qu’il soit royal ou religieux, une époque où l’absence de liberté était la règle. Malgré toute son intelligence Adelia elle-même n’est qu’un jouet dans les mains d’Aliénor d’Aquitaine qui décide d’en user et de s’en amuser comme bon lui semble. Et comme dire non à la reine c’est exposer à des tourments bien plus grave que d’être ridiculisée en public, Adelia n’a d’autres choix que de subir en serrant les dents. Ses commentaires in petto valent le détour !…

Cet article, publié dans lectures, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s