Enquête à Londres avec Erika Foster

Robert Bryndza, La Fille sous la glace ((The Girl in the ice, 2016), traduit de l’anglais par Véronique Roland pour Belfond 2017 et 2018, rééd. en format de poche Pocket

Première enquête d’Erika Foster.

Londres, janvier sous la neige. Le corps d’une jeune femme est découvert dans le lac gelé des jardins du Horniman. Son visage occupait la une des médias depuis sa récente disparition. Andrea était la cadette de Lord Douglas-Brown, un homme d’affaires proche des milieux politiques, puissant et capable de pressions. Le DCI Sparks, en charge de l’affaire, assurait le lien avec la famille. Un enquêteur capable de courber l’échine, que se soit devant la hiérarchie ou Lord Douglas-Brown. La disparition devenue meurtre, Marsh, Chief Superintendant du poste de Lewisham Row, confie l’affaire à une vieille connaissance, la DCI Erika Foster. Encore brisée par la mort de son mari et de ses collègues dans l’opération qu’elle dirigeait et où elle fut grièvement blessée, Foster retrouve, plus vite que prévu, badge, terrain, uniforme et toute la tension d’une enquête, une tension décuplée par les relations exécrables avec Sparks, l’omniprésence harcelante des médias et les pressions exercées par la hiérarchie. Au milieu de ce marigot, elle se trouve rapidement deux alliés, deux subordonnés qui lui font confiance, les détectives Moss et Peterson. Foster s’interroge sur la présence de la jeune fille à Forest Hill, un quartier si éloigné de son domicile, de ses habitudes et de son style de vie. Les caméras de surveillance montrent qu’elle y est arrivée de son plein gré, et furieuse. Avec qui avait-elle rendez-vous et pourquoi ? À défaut de vie privée, Foster travaille sans relâche. Elle découvre qu’Andrea s’est arrêtée dans un pub mal famé, le Glue Pot, quelques heures avant sa mort. La serveuse l’a vue discuter avec une femme puis avec un homme. Mais elle s’enfuit sitôt qu’il est question de portrait robot. Marsh et Sparks ironisent. Travaillant toujours au-delà des heures et du raisonnable, Foster obtient un deuxième témoignage. Ivy Norris confirme le récit de la serveuse. Mais comme Ivy Norris est une prostituée toxico et mythomane notoire, Marsh et Sparks se gaussent. Foster la croit. La peur ne ment pas et Ivy était terrorisée en évoquant le Glue Pot. Qu’est-ce qui se passe dans ce bar ? De son côté, Sparks a avancé en solo sur une autre piste. Andrea a eu une liaison éphémère avec un barman italien, Marco Frost. Après leur rupture, Frost l’a harcelée. Les anciens amants étaient dans le même quartier la nuit où Andrea a disparu. Marsh privilégie cette piste et ordonne à Foster d’oublier ses recherches et de travailler avec Sparks, qui jubile. Ivy Norris est retrouvée morte. Son corps porte les mêmes sévices que celui d’Andrea. Malgré l’évidence, Marsh et Sparks refusent de lier les deux affaires. Foster est écartée au profit de Sparks et suspendue pour des raisons fallacieuses. Marco Frost est arrêté et Marsh annonce la bonne nouvelle aux médias. De son côté, le légiste, Isaac Strong, décide de confier à Foster plutôt qu’à Sparks quelques unes de ses constatations. Question de confiance. Foster prend conscience qu’ils ont affaire à un tueur en série. Mais comme les premières victimes étaient des prostituées, des filles de l’Est, sans papiers, personne n’a jugé bon d’enquêter sur ces corps mutilés. Foster est révoltée de tant d’indifférence. Elle sait aussi qu’elle peut compter sur Moss et Peterson qui lui sont restés fidèles. Pendant ce temps, l’accusation contre Frost s’écroule. Marsh, épuisé, comprend qu’il a misé sur le mauvais cheval et fait revenir Foster à la tête de l’enquête. La DCI pose ses conditions…

Excellente découverte que cet auteur qui écrit des polars après avoir été acteur à Londres et auteur de comédie romantique. Robert Bryndza fait partie de ces écrivains, comme Michel Moatti ou Peter Robinson dès les années 80, qui racontent la place des femmes dans la société, qu’il s’agisse des prostituées laissées à leur triste sort ou de son héroïne qui doit batailler pour se faire entendre face à un gradé du même niveau mais qui bénéficie, intrinsèquement, d’un crédit de compétence et ne doit pas sans cesse renouveler la preuve de ses capacités. En juin 2019, Michel Moatti publiait une bouleversante enquête de Lynn Dunsday, son héroïne journaliste, sur les filières d’immigrations polonaises en Angleterre et la façon dont ces filles sont (mal)traitées tout au long de leur parcours. La Fille sous la glace vient compléter cette thématique, apportant sa pierre à l’édification des consciences. Le tout est abordé dans une histoire pleine de suspense, racontée dans un style très fluide et avec des dialogues très réalistes, que demander de plus ?

Sur Peter Robinson : https://polartrip.wordpress.com/2019/01/04/la-premiere-enquete-dalan-banks/ et https://polartrip.wordpress.com/2019/03/21/conjuguer-le-passe-au-present/

Cet article, publié dans lectures, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Enquête à Londres avec Erika Foster

  1. Ping : Dans les failles de la société anglais | polartrip

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s